Au commencement …

Au commencement était Gaston III, dit Fébus, comte de Foix et vicomte de Béarn, dont le plus grand talent diplomatique fut de tenir ses terres à l’écart de la Guerre de Cent ans, défiant tout à la fois, tantôt le Roi de France, tantôt le Roi d’Angleterre, qui se disputaient l’Occitanie. Il naquit à Orthez en 1331, au Château de Moncade, dont le dernier vestige, la Tour Moncade surplombe majestueusement la ville. Sa devise: »Toques si gauses! » (Touche-y, si tu oses, en béarnais), exprime parfaitement le caractère bien trempé de ce gascon passionné d’armes et de chasse. Pour protéger son « royaume », Fébus n’hésita pas à construire ou améliorer de nombreuses résidences fortifiées comme Morlanne, Montaner, Sauveterre, Pau, Bellocq…

La Tour Moncade à Orthez, dernier vestige du Château de Gaston Fébus

C’est ainsi que Fébus fit construire, sur la rive gauche du Gave de Pau, à 5km d’Orthez, au sommet d’un promontoire dominant la plaine de Biron, une « maison forte », « MAUPOEY » , (la mauvaise colline, en béarnais), destinée à abriter une petite garnison de ses soldats surveillant les mouvements de ses éventuels ennemis. Une légende dit même qu’il y aurait un souterrain reliant Maupoey à la Tour Moncade, en passant sous le Gave de Pau, mais çà!… on n’est pas allé le vérifier.

Ces images datent de 1948. Ce sont les plus anciennes représentations photographiques de Maupoey.

L’existence de la maison forte de Maupoey est mentionnée au recensement qu’ordonna Fébus en 1365 dans le but de dénombrer les « feux », c’est-à-dire des habitations, les foyers, dans lesquelles vivaient et travaillaient les serfs de son territoire qui lui payaient la taille et la gabelle! Un peu comme, de nos jours, Google Maps et Internet pour le compte des impôts fonciers de notre sacro-saint Etat profond (?)

Plus tard, Maupoey devint une Domentjatura, résidence de petits seigneurs, (en béarnais, les « Domentgès« ), à l’instar d’un certain Jacques de Brassalay qui fit construire le château du même nom au XVIème siècle. Maupoey passa alors du statut de maison forte protégeant le Chateau Moncade, à celui de ferme du Chateau de Brassalay, (cliquez! pour avoir un aperçu du Chateau de Brassalay…et revenez, hein?)

Léon part au marché d’Orthez
Les boeufs de Léon

A partir de la guerre de 1940, Léon Haurat, et sa femme Amélie, furent les fermiers de la propriété agricole de Maupoey, dont les propriétaires de l’époque, la Famille Parent, habitait le Château de Brassalay.

Léon fut un pilier de la communauté municipale de Biron, grâce au vin produit par les vignes de Maupoey, lequel a réchauffé bien des coeurs et tourné bien des têtes au village! Ci-dessus, la photo de Léon partant au marché d’Orthez, ravive le souvenir de son cheval, si bien dressé, qu’il pouvait le ramener, tout seul, au bercail lorsqu’il avait bien vendu ses légumes, ses poulets, ses oeufs ou son cochon, et bien arrosé sa belle journée.

Amélie, quant à elle, est restée dans le village, l’image d’un personnage de bonté, en recueillant des dizaines d’enfants juifs pendant la guerre. Biron était, en effet, « miraculeusement » en zone libre, à 5km de la ligne de démarcation.

Amélie, avec une partie des enfants qu’elle hébergeait pendant la guerre de 39-40
Amélie, avec Bianca qui est revenue en 2003 revoir la maison où elle a vécu, selon ses dires, « les plus belles années de sa vie »

Puis, cette propriété fut acquise par la Famille Baudelot qui la revendit le 8 février 1966 à un industriel orthézien, Jean Goardère, qui souhaitait en faire sa résidence principale, mais finalement ne l’utilisa que pour y construire, pour son entreprise de renommée internationale, une usine d’objets de Décoration en cuivre et fer forgé et d’Arts de la table en étain. Laquelle compta, dans les années 1980 jusqu’à 80 employés.

Cette usine existe toujours, et continue dans une autre activité, la charpente.

En 1999, Claude, fille de Jean Goardère, qui avait hérité des 10 hectares du domaine, entreprit, avec son mari Pierre, originaire de Navarrenx, la réhabilitation de la propriété, laissée inoccupée pendant plus de 35 ans. Après avoir restauré la maison forte de Maupoey qu’ils habitent maintenant, ils ouvrirent un lieu de vacances avec un gîte de tourisme labellisé et 2 petits chalets dans la forêt, resté en activité pendant 20 ans

Voir la suite